A Calais, «les policiers riaient en me frappant» – Libération

Le défenseur des droits, Jacques Toubon, dénonce les conditions de vie des migrants dans la ville, traqués jour et nuit, sans possibilité de recevoir de l’aide alimentaire.

Source : A Calais, «les policiers riaient en me frappant» – Libération