Alstom ou l’absence de vision et de politique industrielle | CGT

L’annonce par la direction d’Alstom de la suppression du site belfortin est évidemment un séisme à plusieurs titres. D’abord bien sûr pour les 400 familles des Alstomiens, ensuite pour la localité. Mais c’est aussi un signe catastrophique pour toute la filière ferroviaire qui voit sacrifié l’un de ses fleurons, l’usine d’où est sortie le premier TGV.

Source : Alstom ou l’absence de vision et de politique industrielle