Universités / Recherche

Le rapport de l’institut Montaigne sur le numérique et l’enseignement supérieur (et pourquoi il serait opportun qu’ils retournent sucer des bites en enfer) | affordance.info:

Alors je vous préviens je suis énervé. C’est la fin de l’année. Dans mon université / IUT, comme chaque fin d’année, les personnels sont globalement en train d’exploser sous la charge de travail, les arrêts maladie se multiplient et font qu’on se demande comme ça peut encore tourner, bref c’est la fin de l’année. Et l’année prochaine y’a pas mal de formations qui ne seront plus là. Et pour certaines, c’est un vrai mystère, comme pour le Master Architecture de l’information de Lyon.

Source : affordance.info: Le rapport de l’institut Montaigne sur le numérique et l’enseignement supérieur (et pourquoi il serait opportun qu’ils retournent sucer des bites en enfer)

Les cours en ligne et leurs effets négatifs sur les étudiants les plus faibles – Educpros

REPÉRÉ DANS LA PRESSE AMÉRICAINE. Plus les étudiants sont faibles, plus les cours en ligne ont des effets négatifs sur leurs résultats. C’est le constat dressé par le think tank américain Brookings. Pour arriver à cette conclusion, ce dernier a analysé les résultats de 230.000 étudiants inscrits à l’université DeVry.

Source : Les cours en ligne et leurs effets négatifs sur les étudiants les plus faibles – Educpros

“Etudiants, l’avenir à crédit” ou comment la fac passe à l’école du libéralisme – Télévision – Télérama.fr

Dans son enquête sur le système éducatif mondial diffusée sur Arte, le documentariste Jean-Robert Viallet révèle que, peu à peu, le modèle anglo-saxon s’impose. Les universités sont obnubilées par la rentabilité et les étudiants, condamnés à s’endetter pour décrocher leurs diplômes.

Source : “Etudiants, l’avenir à crédit” ou comment la fac passe à l’école du libéralisme – Télévision – Télérama.fr

Marche pour les sciences – 22 avril 2017

La Marche pour les Sciences (March for Science), initiée au niveau mondial en réponse aux multiples positions antisciences du nouveau président des Etats-Unis,  a pour objectif de défendre l’indépendance et la liberté des sciences. En France, la question du changement climatique, pourtant essentielle à l’échelle de la planète, est totalement absente des débats de la campagne présidentielle. En revanche, les discours politiques construits sur des affirmations idéologiques, voire sur des contrevérités, sont quotidiens et rencontrent un succès inédit. Ceux qui, à l’inverse, défendent une vision rationaliste de la vérité – scientifiques, magistrats ou journalistes – source d’émancipation et de progrès sont devenus une cible.  Il n’est plus possible d’observer ces évolutions sans rien opposer. (…)

Source : Marche pour les sciences