Le monde comme il va | L’Humanité

« Ainsi, tel ou tel pan du droit social ne serait plus adapté au « monde tel qu’il va », selon un ministre passé de la banque privée aux finances publiques. Le monde irait donc quelque part, tout seul, sans aucune intervention humaine, les citoyens ayant pour seul horizon l’adaptation à ce mouvement spontané du monde. Les corps tombent vers le centre de gravité de la Terre, la Terre tourne autour du Soleil, et le monde s’enfonce dans le libéralisme destructeur d’humanité selon des lois naturelles sur lesquelles nul homme n’a de prise. L’avenir découlerait du présent comme la grêle tombe du ciel, et comme il serait absurde de manifester ou de voter contre la grêle, il est absurde de manifester contre le libéralisme. » (…)

Source : Le monde comme il va | L’Humanité