« Pourquoi, dès que la victime est policier, y a-t-il deux poids, deux mesures ? »

« Nous devons arrêter cette dégradation de l’Etat de droit qui entraîne une criminalisation du mouvement social », écrivent Noël Mamère, Olivier Besancenot, Annick Coupé et Jean-Baptiste Eyraud.

Source : « Pourquoi, dès que la victime est policier, y a-t-il deux poids, deux mesures ? »